En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Espace 5°

Bruegel

Par JEAN PHILIPPE BONNAFOUX, publié le mercredi 17 octobre 2012 09:50 - Mis à jour le mardi 13 novembre 2012 14:47

 

Histoire des arts

Niveau 5°

Pieter BRUEGEL ( dit l'ancien ) 1525-1569

Contemporain de Titien, Véronèse ou Michel-Ange, la renommée de Bruegel n'est pas, de son vivant, égale à celle de ces maîtres italiens. Aujourd'hui, il est considéré comme l'un des plus grands maîtres flamands de la Renaissance. Bruegel est instruit, mais probablement pas érudit. En revanche, il ne se limite pas à être Bruegel le paysan ou Pieter le drôle, comme on l'a surnommé de son vivant. Si Bruegel aimait se mêler, déguisé, aux noces paysannes, ce n'est pas seulement par goût pour cette distraction. C'est surtout par une volonté d'observation et d'étude.

La parabole des aveugles
1568 Détrempe sur toile, 86 x 154 cm.
Galerie nationale de Capodimonte, Naples.

Le titre "La Parabole des Aveugles" se réfère à la parabole du Christ adressée aux Pharisiens: "Si un aveugle guide un aveugle, tous les deux tomberont dans un trou".

Dans cette toile, Bruegel étudie le mouvement de la chute, en le décomposant en six phases distinctes. Ce rang en désordre et en diagonale, ces corps qui perdent l'équilibre, ces visages "levés au ciel" forment un ensemble émouvant. Les couleurs sourdes dans la gamme des gris et verts éteints, sur un fond lumineux qui baigne inutilement les aveugles, rendent cette scène particulièrement cruelle.

Contemple-les, mon âme; ils sont vraiment affreux!

Pareils aux mannequins; vaguement ridicules;
Terribles, singuliers comme les somnambules;

Dardant on ne sait où leurs globes ténébreux.

Leurs yeux, d'où la divine étincelle est partie,
Comme s'ils regardaient au loin, restent levés
Au ciel; on ne les voit jamais vers les pavés
Pencher rêveusement leur tête appesantie."

Baudelaire, Les Aveugles (extrait)

Autoportrait 1565