En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Espace 5°

Ulysse et le Cyclope

Par JEAN PHILIPPE BONNAFOUX, publié le vendredi 21 septembre 2012 11:11 - Mis à jour le mercredi 17 octobre 2012 09:56

 

Après avoir quitté les Lotophages, Ulysse arrive sur une petite île en face de la terre des Cyclopes. Ayant passé là une journée à festoyer et à se reposer, il y laisse la plupart de ses compagnons tandis qu'avec son seul navire et quelques camarades, il va reconnaître l'île où demeurent les Cyclopes.

Les Cyclopes sont de monstrueux géants pourvus d'un oeil unique, qui vivent loin de tout dans le creux des montagnes, élevant des chèvres et des moutons. Ulysse et ses compagnons pénètrent en son absence dans la caverne du Cyclope Polyphème. Ils en admirent l'installation, quand Polyphème arrive conduisant son troupeau. Il pousse ses brebis dans l'antre et en bloque l'entrée à l'aide d'un énorme bloc de rocher. Au bout d'un certain temps, il s'aperçoit de la présence des hommes. Sourd aux explications que lui donne Ulysse, il saisit deux de ses compagnons, les assomme et les mange pour son souper. Ulysse se met à chercher un moyen de lui échapper. Au soir du jour suivant, lorsqu'il s'est repu une nouvelle fois de deux compagnons d'Ulysse, celui-ci lui offre à boire, par trois fois, une coupe de vin. Il ne tarde pas à s'endormir, ivre. Alors Ulysse met son plan à exécution : il rougit au feu un épieu d'olivier qu'il a taillé et, avec l'aide de ses compagnons, le vrille dans l'œil unique du Cyclope. Réveillé en sursaut par l'atroce douleur, il ameute les autres Cyclopes alentour. - Quel mortel cherche à te tuer, Polyphème ?, lui demandent-ils. - "Personne !" (c'est le nom sous lequel Ulysse s'est fait connaître) ...et ils s'en vont. Cependant Polyphème a retiré la pierre de la porte et examine, en tâtant chacune d'elles, les brebis à mesure qu'elles sortent de la caverne. Ulysse imagine alors de faire sortir ses compagnons un à un, agrippés sous le ventre des béliers, qu'il a attachés par trois ; et lui-même s'échappe en se faufilant sous le ventre du plus gros des moutons.